Mon fils de 7 ans m’a donné une leçon de business MLM

Mon fils de 7 ans m’a donné une leçon de business MLM

Mon fils de 7ans, Jan, m’a donné une grande leçon de Business récemment. Il est revenu de 2 semaines de vacances chez ses grands-parents avec 127,50 euros en poche. Parti avec rien en poche, il réussit le tour de force de revenir plus riche qu’il n’est parti.

Evidemment, cela s’est fait avec la complicité des grands-parents. Mais ce qui s’est passé a été intéressant à plus d’un titre. D’abord, il a commencé à faire des « paniers » en papier et il les a agrémentés de bonbons, gâteaux… et il a vendu sa production à la famille réunie lors d’un anniversaire. Premier constat : il s’est rendu compte qu’il fallait produire plus pour gagner plus et dans son enthousiasme, il cherchait déjà des idées pour vendre plus, c’est-à-dire qu’il commençait à chercher des débouchés. « On va vendre aux voisins, ou « on vend dans la rue »… voilà ce que les enfants pensent tout de suite.

idée de business MLM

Zemanta Related Posts Thumbnail

Ensuite, il a eu la brillante idée de vendre à ses grands-parents les vieux jouets qu’il avait trouvés dans la cave. Là, je dois dire, qu’il a réinventé la bourse et que les produits les plus fous des traders qui vendent les actions qu’ils ne possèdent pas. Il avait la complicité bienveillante des grands-parents qui rigolaient de devoir racheter ce qui leur appartenaient déjà. Et puis, il avait tellement de plaisir à jouer ce jeu, qu’il récupérait 10 centimes parce qu’il mettait la table par exemple. L’enthousiasme grandissait au fur et à mesure que sa cagnotte grossissait. Tous les jours, il comptait et recomptait son argent.

A un moment, il a demandé à sa grand-mère : « est-ce que je suis riche ? » Je trouve la question intéressante. A quel moment sommes-nous riches ? Nous sommes tous déjà riches. Nous sommes riches de nos émotions, de nos relations. La richesse, c’est 80% de psychologie et 20% de mécanique. (Et cela dit en passant, la mécanique, nous l’avons avec un concept de marketing de réseau)

Bref, il revient avec sa cagnotte et ses 127,50 euros. Comment, moi, en bon père de famille, je réagis ? Conditionné par la société, je tombe dans le piège et entreprends de lui expliquer le concept de banque. Avez-vous déjà expliqué la banque et les taux d’intérêt à un gamin de 7 ans ? Je lui dis donc qu’il doit mettre 100 euros à la banque pour économiser et épargner. J’avais peur qu’il dépense ses sous à des bêtises, en friandises, en jouets.. J’explique alors qu’au bout d’un an, il aura non plus 100 euros mais 102 euros car la banquier va le récompenser.

« je préfère mettre 100 euros dans mon business MLM »

J’oublierai jamais son visage. Il me regarde et me dit : »mais, c’est pas beaucoup, ça. » Je peux vous dire que j’ai éclaté de rire. Et je me suis rendu compte qu’il avait raison. J’explique à mon assureur que je préfére mettre 100 euros dans mon business MLM plutôt que dans une assurance vie parce que c’est pour moi le meilleur investissement sur le long terme et à mon fils je tiens le discours classique.

Là je me suis souvenu d’une discussion avec le PDG de LR (business MLM), qui revenait des Philippines, où on venait d’ouvrir une filiale. Il était surpris par l’enthousiasme des Philippins pour le business MLM et expliquant que là-bas quand des parents ont une naissance, ils ne vont pas ouvrir un compte épargne mais ils vont prendre une licence en marketing de réseau pour leur enfant. Pourquoi ? Parce qu’ils savent ce qu’un business MLM peut signifier sur le long terme.

Ce rappel a été formidable. Et très intéressant pour mon business MLM. « Une grande leçon de business » ! Récemment, j’ai fait venir Ilhan Dogan, multi-millionnaire en marketing de réseau, à une formation pour mes partenaires et son parcours de 20 ans de business MLM illustre bien ce propos. C’est la preuve de ce que peut devenir un investissement dans un business MLM ou marketing de réseau quand on une façon de penser « business » et business MLM.

Voir aussi l’interview exclusive sur la société MLM qui bat tous les records : Interview Jeunesse Global vu de l’intérieur
Video Formation : Comment générer 3 à 5 Prospects ciblés par jour ?

Cet article vous a aidé ? Si c’est le cas, ce serait super de commenter et partager sur Facebook.

 

MLM

David Duchemin – Décodez le MLM

Auteur du « Millionnaire MLM»
 Des commentaires ou des questions, envoyez-moi un email.

Contactez-moi sur Messenger et recevez 3 videos de formation gratuite

Marketing de réseau : Leader ou suiveur ?

Leader ou suiveur ?

Débat intéressant qui mérite d’être posé.

Je vous confie un article très intéressant avec une video sympa qui va vous rappeler pas mal de choses en marketing de réseau.

Etes-vous Leader ou suiveur en marketing de réseau ? Vous êtes-vous déjà posé cette question ?

par Annie Laforest

Être l’initiateur d’une tendance, l’innovateur dans un domaine donné (exemple du marketing de réseau), ou le précurseur d’un nouveau mouvement, c’est prendre le risque d’être pointé du doigt, d’être la risée de tout le monde. Être leader c’est accepté d’être différent et assumé sa différence. C’est oser se reconnaître. C’est choisir de s’affirmer. C’est être conscient que nous serons seul, jusqu’à ce que le POINT DE BASCULE survienne… Innover, c’est inquiétant, déstabilisant, stressant.
Vous en doutez, visionnez la vidéo en lisant la suite …

D’abord, nous sommes le premier et l’unique individu à agir. Nous ne savons jamais si votre idée sera porteuse. Jusqu’à ce qu’une autre personne se joigne à vous et cautionne vos actions et vos décisions. Épaulé par un autre individu, votre énergie de départ s’intensifie au point tel qu’une troisième personne cautionne le mouvement enclenché et dès ce moment, le processus de changement est amorcé.

Conséquemment, les leaders sont une denrée rare, puisque l’être humain n’aime pas se mettre en position où il subira des critiques. Le jugement par nos pairs est un frein majeur dans tout processus de création. Pour cette raison, la majorité choisit d’être un suiveur plutôt qu’un leader. Plutôt que de prendre le risque d’être la seule personne qui se fait remarquer. Mais, c’est justement l’effet de rareté qui est intéressant.

Rappelons-nous qu’avant de se faire imiter, il a fallu se faire remarquer… Et que seuls ceux qui agissent auront le privilège de faire des erreurs…et d’avancer !

Lorsque nous décidons de nous réaliser, d’être l’initiateur d’une tendance ou l’innovateur dans un domaine donné, c’est pourtant ce que nous devrons affronter: Être le seul à enclencher le mouvement et à battre la cadence. Au risque d’être le centre d’intérêt.

Cette vidéo amateur tournée par un participant du Sasquatch Festival de 2009, est un exemple magnifique de l’attitude d’un leader et du point de bascule. Vous remarquerez d’abord un type qui danse seul au rythme de la musique. Une seconde personne vient le rejoindre. Rien de très significatif n’est à remarquer à ce stade sauf peut-être deux hurluberlus qui s’offrent du bon temps. Mais tout à coup, un troisième type se joint à eux. Et là, c’est le point de bascule. Et la contagion survient soudainement…

Cette troisième personne enclenchera un mouvement de masse.  En moins de temps qu’il ne le faut pour le dire, des dizaines de personnes se joignent à eux, viendront rejoindre le noyau initial et suivront le leader du groupe.Lorsque nous prenons le risque d’innover et d’être remarqué, nous prenons aussi le risque de réussir et d’être imité. À un moment donné, il y aura cette troisième personne qui surgira dans notre univers et qui fera basculer nos résultats de façon exponentielle et significative. Une troisième personne qui nous permettra de nous réaliser !LE POINT DE BASCULE

Voulez-vous provoquer la tendance ? Souhaitez-vous faire une différence en marketing de réseau ?
Êtes-vous un de ces oiseaux rares, un de ces individus exceptionnels qui propagent la tendance, qui croient au pouvoir insoupçonné qu’ont d’infimes éléments réunis dans contexte particulier…

Le point de bascule est ce moment particulier, quantique, qui fait basculer une mode, une façon de penser ou encore une idée, du quasi-anonymat vers un phénomène de société.

Les idées, les tendances, les produits ou les comportements se propagent exactement comme des virus ! La meilleure façon de comprendre les mouvements de masse consiste à les concevoir comme des épidémies. Nous pouvons provoquer la contagion. Rien ne résiste à la puissance d’une masse critique lorsqu’elle atteint son point de bascule : modes vestimentaires, succès marketing, publipostage, idéologie spirituelle, société de haute technologie… pas même une révolution sociale !

Un nombre incroyable de succès retentissants ont été engendrés par des actions à petite échelle : la remontée foudroyante des Hush Puppies, le succès planétaire de Sesame Street, la chute du taux de criminalité à NewYork, l’utilisation des téléphones cellulaires, le recul du projet d’ouverture du Casino de Montréal… Pensez simplement à l’ampleur qu’a prit Internet en quelques années seulement…

Des changements mineurs, planifiés et mis en œuvre, peuvent provoquer de véritables changements sociaux.
Chacun de nous devrait voir sa participation individuelle comme un point d’ancrage d’un levier qui fournira les bases à l’atteinte d’un point de bascule tellement puissant. Chacun d’entre nous, individuellement, a le pouvoir d’initier un mouvement qui fera boule de neige.

Avec un peu d’audace, d’imagination, de persévérance et d’engagement, ce puissant levier pourra faire bouger le monde.
Nous avons la liberté de rêver… et le devoir d’agir ! C’est exactement le même credo en marketing de réseau.

Cet article vous a aidé ? Si c’est le cas, ce serait super de commenter et partager sur Facebook.

 

MLM

David Duchemin – Décodez le MLM

Auteur du « Millionnaire MLM»
 Des commentaires ou des questions, envoyez-moi un email.

Contactez-moi sur Messenger et recevez 3 videos de formation gratuite

Retrouver l’esprit de ses 6 ans

Je parcours un article savoureux : une interview de Nicolas Hayek dans l’express. C’est le fondateur de Swatch, une petite société qui a réussi…

A la question du journaliste « êtes-vous fier d’être milliardaire ? », Hayek, l’homme d’affaires de 81 ans, répond :

« Non. Je suis content d’être indépendant. Je n’ai pas de dettes, je peux me permettre de dire ce que je pense. Et je peux développer mes projets. L’argent, pour un entrepreneur, c’est l’instrument de travail. L’objectif, c’est de créer des richesses pour tous. L’entrepreneur n’est pas forcément un chef d’entrerprise. Nous sommes tous nés créatifs…. On ne valorise plus beaucoup les entrepreneurs. Il faut savoir garder sa fantaisie, l’esprit de ses 6 ans. Continuer de croire au Père Noël.

Oser avancer ses idées, même saugrenues. L’esprit d’entreprise a été en partie tué depuis qu’on s’est assis devant un ordinateur en pensant qu’on pouvait faire de l’argent à Wall Street sans bouger. »

La démarche de marketing de réseau est assez similaire, je trouve. Il s’agit de créer, d’avancer ses idées saugrenues et de croire au Père Noël, de retrouver l’envie d’un gosse de 6 ans. Merci Monsieur Hayek.

Cet article vous a aidé ? Si c’est le cas, ce serait super de commenter et partager sur Facebook.

 

MLM

David Duchemin – Décodez le MLM

Auteur du « Millionnaire MLM»
 Des commentaires ou des questions, envoyez-moi un email.

Contactez-moi sur Messenger et recevez 3 videos de formation gratuite